Le monde du diagnostic électrique

Accueil > Les Actualités

Les Actualités

Les diagnostiqueurs face aux risques électriques. - 12/03/08

Nadège Clerc, Chef produit chez CATU, nous répond…

diagnostic-electrique-nadege-clerc
Faut-il vraiment parler sécurité en matière de diagnostic électrique ?

NC : Les diagnostiqueurs vont effectuer des contrôles & mesures sur des installations domestiques sous-tension.

Pour se prémunir du risque électrique, il faut, d’une part, agir selon les règles de sécurité, et d’autre part, se protéger à l’aide d’équipements de protection individuelle appropriés.

En rappelant que la tension est dangereuse pour l’homme à partir de 50V, une tension de 230V peut causer des dommages importants, allant de simples picotements à de profondes brûlures et, dans certains cas peut être mortelle.

Quels sont les risques et comment s’en prémunir ?

NC : Le risque le plus courant est de toucher par inadvertance un conducteur ou une partie métallique sous tension. Le courant passe alors par les mains, et pour s’en protéger, il faut porter des gants isolants adaptés au niveau de tension, soit ici 500V.

diagnostic-electrique-gants.jpg

Ces gants isolants existent en plusieurs tailles, ils sont fins et souples (0,5mm d’épaisseur) et permettent de faire toutes les mesures en toute sécurité.

Avant d’utiliser ces gants, il faut vérifier visuellement après les avoir gonflés qu’ils ne présentent aucun défaut (trous, déchirures, fissures,..). Ces gants sont en latex naturel et sont donc fragiles, une attention particulière est nécessaire aux conditions de rangement et de stockage ; il ne faut pas les laisser près d’une source de chaleur, ou les plier, les comprimer, et il faut les mettre dans un étui adapté.

L’intérieur des gants est recouvert de talc et en complément, il existe des sous-gants fins en coton, lavables, qui absorbent la sueur et offrent une meilleure hygiène.

  • Réf gants = CG-05-* où * est la taille A, B, C ou D.
  • Réf sous-gants = CG-80H
  • Réf. étui gants = CG-36
Existe t-il d’autres dangers, d’autres risques ?
diagnostic-electrique-protection-faciale.jpg

NC : Un autre risque auquel pourra être exposé un diagnostiqueur est un arc électrique. Cet arc se forme lors d’un court-circuit, par exemple lorsque deux pièces en métal rentrent en contact accidentellement, par exemple une lame de tournevis avec un conducteur nu sous-tension. Les yeux et le visage doivent alors être protégés par un écran facial spécifique. Il existe des écrans faciaux légers, transparents, à mettre directement sur la tête sans utiliser de casque, tel que l’écran de réf MO-186.

Avant chaque utilisation, il faut contrôler visuellement que l’écran ne présente pas de défaut (fissures, trous,..). Il est conseillé de le ranger dans un sac spécifique de réf M-87384.


Dans le cadre des règles de sécurité quel équipement supplémentaire doit avoir un diagnostiqueur ?
diagnostic-electrique-vat.jpg

NC : Une fois équipé, le diagnostiqueur doit respecter les règles de sécurité. A ce titre, il faut rappeler que seul un détecteur vérificateur d’absence de tension, appelé communément un « VAT », permet de s’assurer de la présence ou de l’absence de tension. Cet appareil spécifique, répondant à des normes particulières, n’est pas à confondre avec un multimètre qui ne sert qu’à effectuer des mesures. Par exemple, même si les piles de l’appareil sont hors d’usage, un VAT indiquera toujours la présence de tension dangereuse.

Réf MS-911

CATU est une filiale du Groupe Sicame | 10/20 avenue Jean Jaurès | BP2 | 92222 BAGNEUX Cedex - France | Tél. : + 33 (0)1 42 31 46 00 - Fax : + 33 (0)1 42 31 46 31

Le Studio Vert - Site conforme aux normes issues du W3C : XHTML 1.0 et CSS 2Mentions légales